Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2013

Les Messagers : présentation et genèse

aff D Motte 13.jpg

 

"Les Messagers" : présentation

 

"Les Messagers" est un spectacle sous-titré : "Contes des présents reçus des autres mondes et de ceux qui nous les apportent".

Parce que parfois, il nous semble recevoir des signes, des cadeaux, des messages, des réponses, des conseils ; selon une logique qui nous échappe et qui semble semble alors venir d'un autre monde. Et les contes raffolent de ce genre de situation...

Ces messagers, parfois nous les appelons des esprits, d'autres fois, des anges, des synchronicités, des auto prescriptions positives, des fées, des messagers, des passeurs, voire... le hasard !

Ces messagers peuvent prendre la forme d'un arbre, d'un papillon, d'un rêve, d'une curieuse coïncidence, d'une voix, d'une émotion et de bien d'autres choses encore, y compris des êtres humains ; qu'ils soient artistes ou pas.

Ce sont eux qui sont honorés dans ce spectacle, parce qu'il me semble qu'il ne peut y avoir de vie plus triste qu'une vie dans laquelle ces messagers auraient disparu... 

Un premier récit de vie personnel, un deuxième vécu par une amie, un conte tzigane contant comment le premier violon a été donné aux hommes, quelques histoires récréatives narrant ce qui peut se passer lorsque l'on refuse d'entendre ces messagers, une sublime légende apache "la Fille Fleur", et puis pour finir, l'évocation de quelques paroles et histoires prononcées par l'écrivaine Christiane Singer. Le tout orchestré par deux guitares, une six et une douze cordes, quelques percussions corporelles et sans doute une sanza.

Ce spectacle s'adresse à des âmes d'au moins 12 ans quoique cela reste encore à tester.

Durée : environ 1 h

 

 

les messagers photo retouché par com.jpg

 

Les Messagers : la génèse

 

La genèse de chacun de mes spectacles a toujours été tout à fait surprenante. Disons qu'à chaque fois quelque chose s'est imposé sans que ma volonté n'en choisisse grand chose ; tout au moins au début du processus.

Et parce que la genèse des « Messagers » éclaire, tant le propos que l'intention de ce spectacle de conte, j'ai eu envie de te la raconter. 

Tout d'abord te dire que ces deux dernières années, j'ai eu besoin de prendre un peu de distance par rapport au conte. Tous les conteurs le disent : parfois le conte est là, parfois il s'éloigne. Pour ma part, il n'avait pas disparu ; il était simplement aux lisières. Sentiment d'être parvenu dans mes dernières créations là où je voulais, et donc envie d'un renouveau ; et puis aussi lassitude et découragement devant la situation du conte en France : disons, sans trop vouloir polémiquer ici, que si tu ne t'adresses pas aux tout-petits, et que tu ne fais pas dans l'humour, tu risques de galérer un moment... Et moi, j'ai envie de raconter à des adultes et à des adolescents, aussi. 

J'avais toutefois pendant ces deux dernières années continué de travailler de nouveaux contes et j'en étais arrivé, dans une sorte d'élan bravache, à me convaincre de faire un spectacle qui s'appellerait « Les Dernières » ; « dernières » étant à entendre soit comme : « les dernières histoires que j'ai travaillées », soit comme : « les dernières histoires que j'aurais racontées, avant de raccrocher ». 

Et puis -je me souviens de cet instant avec une précision extraordinaire- il y eut ce midi.

J'étais dans un centre commercial allant boire un café, lorsqu'une révélation m'est apparue, fulgurante : toutes ces dernières histoires, je dis bien : toutes, contenaient un même thème que je n'avais jamais vu ! Oui, ce thème des messagers, des émissaires d'entre les mondes qui nous apportent parfois compréhension, savoir, conseil, inspiration, ou autre... D'où le sous-titre de ce spectacle : « contes des présents reçus des autres mondes et de ceux qui nous les apportent »... 

De ce moment-là tout s'est enchaîné en deux jours : un premier récit de vie personnel, un deuxième vécu par une amie, un conte tzigane racontant comment le violon a été donné aux hommes, une pause que j'appelle « récréative » qui dit avec humour ce qui se passe lorsque nous restons sourds à ces messagers, et puis un conte apache, sublime, « La Légende de la Fille Fleur ». J'avais les musiques (guitares 6 et 12 cordes) et les enchaînements.

Là dessus, voulant terminer ce spectacle par une phrase de l'écrivaine Christiane Singer, je fais des recherches sur internet pour retrouver la phrase exacte, et ce faisant, tombe sur une photo très touchante et que je ne connaissais pas de cette femme que j'admire. Je partage cette photo sur blog et réseaux sociaux, expliquant par quels méandres je l'avais trouvée. Là-dessus, je reçois en retour un nombre incroyable de commentaires et de mails me disant en substance : « C'est vraiment génial que tu fasses un spectacle sur Christiane Singer, il faut absolument que nous nous rencontrions pour en parler ! » Mais je n'avais jamais dit que je préparais un spectacle sur elle ! 

Tu comprendras que l'on ne peut faire un spectacle sur les messagers, et rester insensible à ce genre de situation...

Jusqu'à ce que, méditant là-dessus, je me rende compte qu'au fil des années, j'avais écrit plusieurs textes -que j'avais « oubliés », racontant sous forme de conte... des propos qu'elle avait tenus lors d'entretiens ou de conférences !

Il ne me restait plus qu'à les intégrer à la fin du spectacle... 

Tout ça pour te dire, qu'il y a des spectacles qui sont comme des sortes d'évidence qui s'imposent à toi, comme s'ils préexistaient à ta simple volonté.

Une preuve de l'existence des Messagers sans doute... 

NB : Alors que j'avais terminé l'écriture et la mise en forme de ce spectacle, quelques jours avant sa première, j'ai découvert par hasard que "ange" avait pour étymologie le mot latin "angelus" qui signifie "messager" (le mot grec qui est une traduction du mot hébreu signifiant la même chose). Et je jure que je ne le savais pas...

12:41 Publié dans Les Messagers | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.